Patrick d'ELME nous a quittés ...

Publié le par France


Aujourd'hui, ce blog, FONDATION COMMUNICATION, est en deuil. J'ai perdu la PLUS BELLE RENCONTRE PROFESSIONNELLE de ma vie : Patrick d'ELME.

PE_blog.png

Décédé brutalement dans la nuit du 5 au 6 février 2010, à la suite d'une cruelle maladie, Patrick sera entouré de sa famille, ses amis, ses proches, ses relations, ce jeudi 11 février au Crématorium de Mérignac (Bordeaux).

J'ai fait sa connaissance vers l'âge de 20 ans. J'étais encore étudiante à l'Université Paris Descartes (Paris V), option Relations Publiques. Notre amitié est née dès notre première rencontre. A peine âgé de 10 ans de +, il m'inspirait beaucoup de respect et déjà, de l'admiration pour son esprit rapide, aigû et synthétique. Et il aimait rire, boire un bon coup, être avec les copains... Cela m'allait aussi !

Sous ses bureaux (rue du Renard à l'époque), il y avait un café. On y faisait volontiers des parties de flipper. Et dans ses bureaux (sa boîte de communication s'appelait "Perspectives et Animations"), il y avait 4 collaborateurs : lui, Jacques Bétourné (décédé), sa future femme, Fabienne et l'un de ses frères, Sylvain (à l'époque, propulsé 'attaché de presse' du Groupe Carrefour). C'était en 1978 je crois.

Plus tard (1982), Fabienne m'appelle pour rejoindre une nouvelle entité, développée par Patrick : le Journal de Carrefour. Et c'est là que mes amitiés professionnelles avec lui, mais aussi avec d'autres collaborateurs, se sont amplifiées, développées, soudées. Perspectives et Animation a changé de nom pour devenir FRANCOM. Cette marque a cimenté les 150 collaborateurs, expert des relations publiques et de la Communication. Sous l'impulsion et le charisme de Patrick, Francom est devenu la Première Agence de Communication (hors média) de France.

L'Esprit Francom était né ...

LOGO_FRANCOM_BLOG.jpgLe logo de l'agence FRANCOM, dans les années 80-90. Ce logo appartient depuis les années 2000 à une agence bordelaise.


Voilà. Les mots me manquent pour dire et raconter mes 30 ans d'amitié (et de relations professionnelles) qui ont unis nos chemins et nos esprits avec Patrick. Sans lui, je n'aurai jamais eu le parcours professionnel et le regard que j'ai sur la vie maintenant. Quand je regarde (entre autres) mes posts sur "Viadéo, les mauvaises pratiques" et les commentaires consuméristes qui s'y rattachent, j'ai l'impression qu'il aurait été encore plus virulent que moi. Pour le bienfait des clients.
Des hommes, des femmes, tout simplement. Cela s'appelle le respect. La brique fondamentale de toute relation humaine. Avant de pouvoir créer une véritable relation commerciale. En 2010, beaucoup d'entreprises, des petites, des moyennes, des grandes l'ignorent encore...


L'un de mes confrères, Benoît de Laurens, l'a également très bien connu, puisqu'il a également travaillé chez Francom. Une grande amitié l'a lié à Patrick. Samedi dernier, dans la nuit, il a écrit un très bel hommage. Je vous le livre ici, avec son autorisation. Benoît a mis ses mots ... sur mes pensées.


******  TEXTE de BENOIT de LAURENS ******

Patrick d'Elme est mort. Il était mon ami et je suis triste.

Comment évoquer cette personnalité hors norme ? Il a porté haut les couleurs de la communication et des relations publiques. Président de Francom dont tant d'entre nous sont issus, il avait formé et donné sa chance et sa confiance à tant de jeunes. Patrick c'était la fulgurance du bon sens et de l'humanité. C'était un immense stratège de la communication. Beaucoup d'entreprises et d'hommes politiques ont profité de son génie.

C'était un pur qui ne s'est jamais enrichi pour d'ailleurs finir ruiné. C'était un entrepreneur dans l'âme, enflammé et démesuré. Un passionné qui a toujours cru en l'intelligence des gens et des consommateurs. Théoricien de la confiance, ce fut un initiateur et promoteur d'une communication corporate responsable et transparente à laquelle il donna ses lettres de noblesses après avoir été le champion des relations publiques françaises. C'était aussi l'homme de tous les coups et toutes les démesures.

Il fallait rire et rire encore, désarçonner ses interlocuteurs en prenant de la hauteur et descendre en piquée pour frapper par le bon sens et une acuité lumineuse. Jamais de jargon ou de fumeux dans ses propos. L'inconnu du bistrot où il aimait à prendre le pouls de l'opinion était aussi important et vital que le ministre ou le président de conseil d'administration. Son intelligence, sa douceur et son humanité profonde se retrouvaient dans sa plume alerte, claire, limpide et si pleine. (Il avait d'ailleurs une très belle écriture). Il nous a tant appris : à réfléchir, à écrire, à agir, à respecter. Ceux et celles qui l'ont aimé savaient pourquoi. Ceux et celles qui l'ont abandonné ne le méritaient tout simplement pas. J'ai passé entre Francom et BBDO corporate, 8 années de rigolade et d'intelligence avec lui. C'est beaucoup dans une vie professionnelle . La semaine dernière au téléphone, d'une voix lointaine et désabusée il se savait condamné, épuisé par ses traitements et par l'injustice de la vie.

Quelle tristesse quand on sait que ce fut en quelque sorte notre Philippe Seguin de la communication : colérique, drôle, fulgurant, passionné de foot et de la vie en général qu'il a mordue à pleines dents. Instituteur, journaliste, écrivain, poète, critique d'art, éditeur, galeriste, organisateur d'événements culturels puis conseiller en communication et chef d'entreprise, sa vie fut un roman avec tant de rencontres, tant de réussites, tant de soubresauts, de rires et de pleurs, toujours conduite par l'obsession absolue de faire grandir les autres. Féru de poésie, de philosophie et de littérature, il fut en 68 secrétaire de rédaction de la prestigieuse revue "Etudes" où il appris le poids mots, la précision des termes et des concepts qu'il a si bien su nous transmettre.

Il y tant à dire quand on est triste et aussi en colère contre les broyeurs d'humanité... La communication perd un grand bonhomme.

 

**********************************************************


Merci à Benoît de m'avoir autorisé à reproduire son hommage intégral.

Patrick n'est pas mort. Son esprit est en nous, bien vivant. L'Esprit FRANCOM est là. 

Aidez-moi, aidez-nous à le faire grandir ...
France



Mise à jour ce 15 février 2010 : Le texte intégral de l'hommage à Patrick d'ELME par Cyril DELATTRE (Francomien).

Mise à jour ce 16 février
: le texte de l'Institut des 2 Rives (Think Tank Bordelais).

Mise à jour ce 23 février : l'article du magazine Stratégies, publié le 11 février 2010. (Je remercie le directeur de la rédaction de Stratégies de son autorisation de rediffusion en .pdf)




Publié dans COMMUNICATION DIGITALE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article