Entretiens du Nouveau Monde : confiances, défiances, technologies

Publié le par France

Les 19 et 20 décembre 2011 vont se dérouler, au Centre Pompidou* (Paris) les 5èmes ENTRETIENS DU NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL sur le thème "Confiances, Défiances, et Technologies"

 

Pour cette cinquième édition des Entretiens, la manifestation étudiera les questions économiques et politiques liées au design et aux technologies qui produisent à la fois de la confiance et de la méfiance.

Durant ces deux jours seront abordés :

- histoire et anthropologie de la confiance, pensée dans le contexte contemporain du numérique et de la crise économico-politique.
Elle sera également étudiée à travers des perspectives philosophiques et théologiques, mais aussi en relation avec le développement des processus de "grammatisation" et des dispositifs d'enregistrement des traces, depuis la crise induite par l'imprimerie jusqu’au développement du monde numérique contemporain.

- le rapport entre science, confiance, calcul et savoir.
La confiance est-elle réductible au calculable (peut-elle se passer d’un incalculable) ?
Est-elle réductible à une évaluation quantifiée des risques (financiers, sanitaires, nucléaires, technologiques, etc.) ou ne ressort-elle pas de principes tout à fait différents, nécessitant de reconsidérer de nos jours et en totalité la question des savoirs démocratiques qu’une expertise technocratisée à l’extrême aurait discrédités et détruits ?
Quelles issues peuvent-elles être envisagées pour surmonter la défiance qui s’installe entre société et sciences – elles-mêmes de plus en plus souvent apparentées à une logique de développement dont les effets pervers et les limites semblent s’étaler tout à coup sous nos yeux ?
Peut-on imaginer que les technologies de la traçabilité soient mises au service d’un nouvel âge démocratique des savoirs ?

- l’économie et le marketing dans le contexte décillant de la crise actuelle, dans lequel on parle de plus en plus de nouveaux modèles de marketing, de publicité, mais aussi de monnaie.
La question, dès lors, est de savoir si le marketing en réseau ne reconstitue pas cependant, et en les aggravant, les effets ravageurs du consumérisme apparu au XXe siècle.
Au-delà du simple calcul des risques proprement dits, une ingénierie de la confiance et de nouveaux espaces tentant de la recréer se sont développés, en particulier sur le Web. Quelles difficultés entendent-ils dépasser ?
Quelles solutions proposent-ils et que penser de la demande sous-jacente qu’ils expriment ?
A l’heure de la menace d’éclatement de la zone euro, un nouveau commerce – qui pourrait même se fonder sur de nouvelles formes de monnaies - est-il en train de s’inventer, et dispose-t-on de précédents historiques pour penser ces temps de crise ? 

- les technologies, l’ergologie et le design de la confiance. La fabrication de la confiance conduit parfois à la défiance (cf. les cartes de fidélité).
Ceci interroge également les nouvelles stratégies des marques et du marketing tribal sur le Web. Le contrôle des données personnelles et le profilage ne refreinent-ils pas le développement de systèmes de contribution? Enfin, les approches cognitivistes peuvent-elles nous apprendre quelque chose sur les conditions de constitution de la confiance ?

Et enfin, le lien entre confiance et politique. Dans quelle mesure les public data, qui viennent modifier en profondeur le rapport public/privé, sont-elles un enjeu pour les puissances publiques (collectivités territoriales et nationales, organisations internationales) ou privées (entreprises), désireuses de rétablir la confiance ?

Qu’en est-il également des exceptions sur les données sensibles, dans le contexte récent des dossiers Wikileaks, ou de la notion de vie privée, alors même que le mot "privé" est devenu alternativement synonyme de "profitable" ou l’opposé de l’intime.

Parmi les intervenants invités : Bernard Stiegler (Iri), Alain Cadix (Ensci – Les Ateliers), Michel Guérin (Univ. Aix-Marseille), Cynthia Fleury (philosophe), Paul Jorion (anthropologue), Hidetaka Ishida (Univ. de Tokyo), Jean-Pierre Dupuy (Ecole Polytechnique de Paris), Alain Mille (Univ. Lyon 1 – Liris - SILEX), Judith Simon (Institut de Technologie de Karlsruhe), Patrick Viveret (Philosophe), Serge Perez (les Ateliers Corporate), Marc-André Feffer (Groupe La Poste), Eddie Soulier (laboratoire Tech-CICO, Univ. de Technologie de Troyes), Nicolas Auray (Télécom ParisTech), Hugo Zaragova (Yahoo ! research), Daniel Kaplan (Fing), Laurence Fontaine (CNRS), Kieron O’Hara (Univ. de Southampton), Albert Ogien (CNRS / EHESS), Valérie Peugeot (Orange labs), Catherine Fieschi (Counterpoint), Bernard Umbrecht (ancien correspondant de l’Humanité à Berlin), Ulrich Beck (sociologue) qui assurera la clôture du colloque.

Programme et inscription : ICI.
Plateforme de consultation des entretiens : LA.

La manifestation sera suivie du 88ème Carrefour des Possibles (Ile de France) de la FING.

France

 

* Grande Salle du Centre Pompidou.

 

Publié dans Agenda

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article