A qui appartient votre compte Facebook ou Twitter ?

Publié le par France

Et bien, pas à vous ! Ni les contenus d'ailleurs. Lire tous les détails dans cet article. Et suivre également les quelques conseils ci-dessous.


Comment-mener-strategie-online.jpgsource image

 

PREMIERES RECOMMANDATIONS (de bon sens)


1- En pratique, d’une façon générale, pour Twitter et Facebook, créer deux comptes : l’un personnel, l’autre professionnel (en prenant soin, pour Facebook, d’utiliser les pages Apps dédiées aux professionnels).
Le salarié devrait s’efforcer de ne poster que des tweets/emails/vidéos/photos professionnels … à partir de son compte professionnel.
De même, lorsque le salarié utilisera son compte personnel, il devrait s’abstenir de faire une quelconque référence à la société (ou marque/produit distribué) qui l’emploie.

2- Prendre connaissance de la Charte d’utilisation des réseaux sociaux, si l'entreprise en a créée une.
NB : La Charte devra avoir été établie en conformité avec les conditions d’utilisations de Facebook et Twitter.


La Charte peut/doit :
a) Définir les conditions d’utilisation des comptes personnel et professionnel sur les réseaux sociaux.


- Concernant le compte professionnel :
    •    Les paramétrages à conserver sur les comptes professionnels  quant à la visibilité des contenus,
    •  Les droits de l’entreprise sur le compte professionnel en cas de départ ou d’absence du salarié (ex : restitution automatique des codes d’accès au compte…),



- Concernant le compte personnel :
Rappelons que la CNIL recommande aux employeurs de laisser aux salariés un droit d’usage raisonnable d’internet à des fins personnelles sur leur lieu de travail.  Une interdiction totale de se connecter à son compte personnel risquerait d’être censurée.
Il pourrait, en revanche, être interdit au salarié d’utiliser, sur son compte personnel, la marque ou la dénomination sociale ou tout élément permettant d’identifier l’entreprise.

b) Fixer les conditions d’utilisation des mots de passe et d’accès aux réseaux : temps d’accès aux réseaux dans l’entreprise et en dehors de celle-ci, conduite à tenir en cas d’accès à partir d’un réseau wifi non sécurisé (ex : à partir d’une chambre d’hôtel) ;


c) Rappeler les limites à la liberté d’expression du salarié, afin d’anticiper tout dérapage : interdiction des propos injurieux, diffamatoires ou portant atteinte à la crédibilité et au sérieux de l’entreprise (du fait du devoir de loyauté) ;


d) Déterminer les types et niveaux d’informations susceptibles d’être partagés (du fait du secret professionnel, du devoir de réserve, de l’obligation de confidentialité) ;

e) Rappeler l’interdiction de télécharger ou de poster des contenus illicites (loi HADOPI..)


f) L’obligation de respecter la loi informatique et libertés en cas de recueil de données à caractère personnel (Loi du 6 janvier 1978).


g) Vos propres conditions ou modalités, spécifiques à votre entreprise ou activité.

 

En tous cas, il vaut mieux prévenir que guérir (gérer dans l'urgence des situations de crise, avec des mots de passe perdus ou inaccessibles), ou nommer un collaborateur "CM - Community Manager" - qui n'a pas les compétences pour gérer le(s) compte(s) de votre entreprise sur les réseaux sociaux.


Dernier conseil : un "double" des clés numériques est - DANS TOUS LES CAS - à prévoir. Avec un Mot de Passe spécifique à chaque réseau, bien sûr  (une combinaison d'au minimum 8 chiffres et lettres et caractères spéciaux, si possible).

 

France

 

  PS : On peut consulter également cette page-ressource.

Publié dans BlogZine

Commenter cet article